Communiqués

Le TEAM NIPPO DELKO One Provence crée un Service Performance de 8 personnes

Luc Cheilan, le coach de l’équipe, a été recruté par Philippe Lannes, le nouveau dirigeant du Team, pour créer et structurer un pôle Performance.

Luc, en première ligne pour développer le potentiel de performance des coureurs, recrute 7 professionnels pour intervenir de manière précise sur tous les facteurs de performance et assurer un suivi de qualité
auprès des coureurs.

Les 7 profils qui rejoindront l’équipe début juin
2 entraîneurs
2 ostéopathes
1 micro-nutritionniste
1 préparateur mental
1 biomécanicien

C’est assez atypique de retrouver quelqu’un de si jeune dans le métier professionnel,
comment en es-tu arrivé là ?

Je suis loin d’être le seul entraîneur dans ce cas, mais j’ai également eu un parcours atypique. Depuis mes 15 ans et mes premières compétitions cyclistes, j’ai toujours été attiré par l’optimisation de la performance, d’abord pour moi-même afin de me dépasser
et ensuite en grandissant pour aider les autres à s’accomplir et à utiliser le maximum de leur potentiel.

Je me suis tourné vers des études en Staps entraînement sportif, puis j’ai continué la voie « classique » avec un master de préparation physique et réathlétisation. Mais j’ai souhaité avoir d’avantage d’expérience de terrain, je me suis donc tourné vers un DEJEPS cyclisme traditionnel qui s’est révélé très formateur pour moi. J’ai ensuite créé mon entreprise d’entraînement à distance tout en travaillant dans le milieu du cyclisme amateur, notamment auprès du Team cycliste azuréen (un des clubs formateurs pour l’équipe) et d’une section sportive.

Quand Philippe Lannes m’a contacté avec un projet qui correspondait parfaitement à
mes idées et valeurs, j’ai tout de suite accroché.

Quelle est ta mission sur la partie performance ?
Ma première mission est de développer le potentiel de performance des coureurs au
travers des entraînements et de leur permettre ensuite de l’exprimer à 100% sur les
courses.

Cela implique de travailler sur des facteurs comme la diététique, le matériel, la préparation mentale et d’interagir avec le pôle médical pour veiller à la bonne santé des coureurs. Le but est que les directeurs sportifs aient les coureurs à leur forme optimale
le jour J.
Ma seconde mission est de structurer le pôle Performance.
Pour ce faire, je recrute actuellement deux entraîneurs supplémentaires dont un entraîneur sport-scientist afin d’assurer un suivi de qualité et un nutritionniste pour intervenir de manière précise sur tous les facteurs de performance.

Je vais également faire intervenir des ostéopathes pour régler les problèmes liés aux chutes pendant les courses et pour permettre aux coureurs de mieux récupérer entre chaque étape.

En cette période de confinement, comment conserves-tu le lien avec les coureurs et
quels entraînements leur proposes-tu ?

Je suis régulièrement en contact pour maintenir leur motivation et leur proposer les entraînements les plus adéquats. Après, tout dépend des coureurs et des possibilités.
Les coureurs français ont fait pour la plupart un gros début de saison. Mi-mars, ils ont réalisé une semaine de coupure, sans sport avant de recommencer à s’entraîner, en enchaînant des séances de home-trainer et des séances de musculation au poids du corps. L’idée est de passer cette période le mieux possible sans qu’ils y laissent des plumes tant au niveau mental que physique.
Pour les autres coureurs pouvant encore s’entraîner sur la route, nous accentuons le travail sur des points spécifiques, que ne permet pas une saison habituelle.
Même si le fait de gérer une situation nouvelle est contraignante, cela représente une réelle opportunité d’avoir les coureurs à disposition pour travailler, sans penser à la performance à court terme.
C’est comme une inter-saison mais sans la fatigue des jours de courses.

Comment envisages-tu la reprise après le confinement ?
Le confinement a en quelque sorte réinitialisé la saison.
Dès que les conditions sanitaires nous le permettront, nous organiserons deux stages d’entraînement : un permettant aux coureurs d’enchaîner les kilomètres et un autre avec des exercices plus spécifiques.
Ensuite, tout dépendra de la durée de la période entre la fin du confinement et les premières courses. Si cette dernière se poursuit, nous organiserons des rassemblements spécifiques par groupe de coureurs afin que les coureurs soient prêts pour la reprise.

Dans tous les cas, nous serons prêts.